Hass

Apple, la bonne poire ?

L’entreprise à la pomme n’a donc pas fini de nous surprendre. Après nous avoir vendu son dernier téléphone portable comme étant « une nouvelle révolution de la téléphonie mobile », Apple a décidé de surfer cette fois-ci sur la vague du développement durable pour chasser dans ses filets les clients qui auraient jusqu’à présent compris l’entourloupe. 

Entre le iPhone 5S (ou 5C) et son petit frère, l’iPhone 5, je pense ne pas avoir été le seul à avoir remarqué que l’évolution n’était pas si gigantesque que l’a annoncé les dirigeants d’Apple. Avec une qualité d’image très légèrement améliorée, une reconnaissance digitale qui n’a pour le moment pas fait fureur chez ses utilisateurs et une 4G qui n’est pas encore dans l’ère du temps, les nouveauté de la nouvelle gamme n’ont connu le succès escompté par la marque. Alors pour combler les trous, toutes les bonnes résolutions sont bonnes à prendre. Depuis le lundi 3 mars, Apple a lancé une grosse opération de communication qui met en avant un programme de recyclage permettant aux utilisateurs de rapporter leur ancien modèle en boutique en échange d’un crédit d’achat pour un nouveau téléphone. Le but étant, on vous le donne en 10, de permettre à son dernier produit de répondre aux objectifs fixés.

La multinationale américaine avait déjà lancé ce programme de reprise en août dernier aux Etats-Unis. Depuis trois ans, l’entreprise permettait à ses utilisateurs de pouvoir recycler leur appareil mais uniquement en ligne. Mais visiblement la donne est en train de changer et notre cher pays a suivi le pas.

« Les Iphone ont une grande valeur. Les magasins Apple en France ont donc décidé de lancer un programme pour aider les clients qui souhaitent rapporter les iPhone des générations précédentes à des fins de recyclage ou de réutilisation », a fait savoir l’entreprise américaine.

Avant de préciser : « Outre l’impact positif pour l’environnement, les clients recevront contre leur ancien téléphone un crédit d’achat qu’ils pourront utiliser pour un nouvel appareil ».

Chaque personne rapportant  son ancien iPhone dans un Apple Store peut donc bénéficier d’un bon d’achat pouvant aller jusqu’à 215 euros sur l’achat d’un nouveau smartphone. Unique solution pour une entreprise en manque d’argument et en perte de souffle ? 

 

C’est donc sur un coup de gueule que je tire ma révérence. 

Bonne soirée et à bientôt ! 

 

H.H

Publicités

La playstation, le nouveau centre de formation des pilotes de course ?

Ce petit poste pour vous faire part d’une très belle histoire sportive qui a éclos grâce aux progrès de la nouvelle technologie. Jann Mardenborought est l’une des dernières trouvailles de la fameuse écurie automobile que détient Redbull. La particularité de ce jeune britanique de 22 ans est qu’il n’a pas franchi les échelons en apprenant le métier de pilote de course au volant d’une voiture, mais tout simplement en jouant pendant des heures et des heures sur sa Playstation avec le jeu vidéo Gran Turismo. A première vue cela parait totalement incongru, mais quand on se penche un peu plus sur la question on peut s’imaginer que le talent de ce jeune gamer ne pouvait que connaître un tel succès. Retour sur le destin magique d’un gamer devenu pilote de Formule 1.

 Image

Dès l’age de 18 ans Jann enchaine les trophées en participant à de nombreux tournoi qui ont lieu à Darlington, la ville où il a grandi. Un an après, il est appelé pour participer à une compétition nationale chez le grand voisin de Middlesbrought et qui regroupe les plus grands espoirs britanniques dans les jeux vidéo de course automobile. Lors ce tournoi, le jeune adulte finira à une honorable troisième place mais avouera qu’il n’était pas au meilleur de sa forme.

Après avoir démontré l’étendue de son talent face à un écran de télévision, Jann Mardenborought a eu l’occasion de toucher du doigt son rêve. Repéré par le Grand Turismo Academy, une compétition du jeu vidéo offrant au gagnant le privilège de passer du virtuel au réel et de vivre sa première expérience en tant que pilote de course professionnel, le britannique a sauté sur l’occasion et a donc tenu son premier volant non virtuel en 2011. Lors de cet évènement, Jann Mardenborought aura concouru avec une voiture de la marque Nissan, partenaire du Gran Turismo Academy, mais aura séduit les recruteurs de la marque de la boisson énergisante.

Image

Si certains avaient déjà été repérés pour leur talent manette en main, cette histoire est une grande première : Jann Mardenborought a donc signé chez RedBull et va participer aux GP3 Séries, une compétition constituant la première étape de qualification pour participer aux compétitions de Formule 1. Le jeune pilote professionnel en herbe, compte bien transformer ce miraculeux cadeau en « une opportunité pour impressionner plus de gens parmi ceux qui décident de qui peut concourir en F1 ou pas ».

Personnellement, je trouve que cette succès story est tout simplement magnifique et prouve à quel point les nouvelles technologies peuvent être proches de la réalité. Lorsque l’on jouait à la toute première version de Gran Turisme sur la Playstation 1, jamais on aurait pu s’imaginer que cette console permettrait un jour de former de grand talent dans la course automobile.

 

Voici un petit aperçu du talent de notre gamer de la semaine en cliquant ici

 

H.H

L’ère robotique a sonné !

Pays hôte de la Coupe du Monde 2014, le Brésil a signé un contrat qui va certainement faire couler beaucoup d’encre. Alors que la sécurité autour des stades a été pointée du doigt suite à la mort de deux supporters lors d’un affrontement entre deux clubs rivaux, le gouvernement brésilien a décidé de prendre les devants en renforçant ses dispositifs avec l’acquisition d’une trentaine de… robots. En effet, un contrat a été signé pour la coquette somme de 7,2 millions de dollars avec la société iRobot dans le but de venir en aide aux forces de l’ordre locales.

Si à première vue cette acquisition peu laisser planer le doute quant à l’efficacité de ces robots, lorsque l’on s’y penche un peu plus, on peut constater que ces derniers ont déjà fait leurs preuves lors des récentes guerres en Irak et en Afghanistan ainsi que pendant l’accident nucléaire de Fukushima. Dotés de nombreuses caméras HD, d’un bras mécaniquement polyvalent, d’une boussole ainsi que de divers autres capteurs pouvant détecter toute sorte d’explosif, ces PackBots de 24 kg devraient permettre aux autorités de surveiller les environs des stades et d’analyser les objets suspects dans les 12 villes brésiliennes accueillant la Coupe du Monde de Football.

Image

Autre nouveauté, la police brésilienne sera également munie de machines intégrant la reconnaissance faciales capables de capturer 400 images à la seconde et de comparer les visages avec une base de données composée de 13 millions de personnes. Les fauteurs de troubles n’ont qu’à bien se tenir.

Pour un prix avoisinant les 150 000 dollars l’unité, l’enseigne iRobot basée à Bedford dans le Massachussets a publié un communiqué dans lequel elle précise avoir déjà écoulé 5 000 PackBots à travers le monde. Un nouveau système de surveillance qui semble donc déjà avoir convaincu de par son efficacité et sa robustesse.

Pour ma part, je trouve que cette nouvelle technologie ne sera efficace que si elle sera utilisée pour dans des tâches mineurs telles que la reconnaissance d’objets suspects ou l’analyse des déplacements aux alentours des stades. A titre d’exemple, en aucun cas un robot ne pourra être une alternative à l’humain en cas d’échauffourées.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Pour voir les exploits des iRobots Packbots, c’est là que ça se passe

 

H.H

Oral-B passe à la brosse à dents connectée

Vous connaissiez jusqu’à présent les bienfaits de la brosse à dents électrique, à partir de juin prochain Oral-B va pousser l’expérience encore un peu plus loin en commercialisant la première brosse à dents connectée au monde ! Suivi de vos habitudes de brossage, conseils personnalisés pour mieux prendre soin de vos dents, plus aucun détritus ne viendra perturber la blancheur de votre dentition. 

Grâce à un réseau de capteurs intégrés dans une brosse à dents à la pointe de la technologie accompagné d’une application smartphone, vous pourrez disposer d’un véritable itinéraire de votre brosse à dents à l’intérieur de votre bouche. De plus, même si pour le moment la marque n’a pas encore communiqué plus d’informations sur son nouveau gadget, il se murmure que l’application permettra également à son utilisateur de d’analyser des statistiques précises sur son hygiène dentaire. En effet, le nombre de minutes passé à vous brosser les dents, la quantité de pression que vous appliquez, le pourcentage de nettoyage appliqué à une dent, plus rien ne vous échappera !

A en écouter le directeur associé d’Oral-B, Mochael Cohen-Durmani, cette brosse à dents « vous guidera sur la manière de vous brosser les dents, et vous serez en mesure d’entièrement personnaliser votre routine de brossage en fonction de vos habitudes ». 

Image

Cette nouvelle brosse à dents Oral-B est l’une des star du Mobile World Congress of Barcelone qui a lieu actuellement. Disponible dès le mois de juin, elle sera commercialisée pour la coquette somme de 330 euros.

Personnellement, même si je trouve le concept très bien huilé et réfléchi, je trouve que la somme peut dissuadé certaines personnes de tenter l’expérience. Mais dans notre société ultra-connectée, le prix de la démesure n’a plus de valeur ! 

Et vous, qu’en pensez-vous ? 

Je vous laisse en juger par vous même : http://www.youtube.com/watch?v=lRvYQXruyKk

H.H

Image

Sushis pour les uns, pizzas pour les autres, en passant par des cuisines traditionnelles, des millions de personnes se seront ruées ces dernières années sur le site d’Alloresto, un moyen extrêmement bien pensé pour réduire la distance entre un client et son restaurant favori.

Créé en 1998, l’entreprise compte actuellement 30 salariés pour un chiffre d’affaire avoisinant les 17 millions d’euros et un objectif de 50 millions fixé pour 2014. Pour ce faire, Alloresto propose un site internet et une application mobile ludiques et très facile d’utilisation. En effet, le client se connecte sur le site ou l’application de l’enseigne, commence sa navigation par « J’ai faim » en précisant l’endroit où il se trouve, obtient une liste de tous les restaurants qui livrent dans son secteur en ayant la possibilité de consulter leur carte, puis passe sa commande en étant certain d’être livré entre 30 et 45 minutes après son dernier clic. La plateforme compte de nos jours plus de 2500 restaurants de qualité résidants dans des villes de plus de 200.000 habitants et environ 4 millions de commandes ont été émises depuis ce site en 2012.

Image

Le business model d’Alloresto s’établit sur les frais d’adhésion que paient les restaurants qui veulent intégrer la plateforme et sur les publicités générées par le site. De même, du côté du client, une commission est prélevée sur le montant des commandes qui passent par les restaurants du site et qui s’élève en moyenne à 2,7 euros. Malgré cette commission les restaurants auraient tout de même tout à y gagner en adhérant à Alloresto, selon Sebastien Forest, président et fondateur de l’entreprise, du fait qu’à partir du moment où un établissement livre de la nourriture de qualité et en respectant les délais, celui-ci pourrait voir son chiffre d’affaire augmenter de 30% dans les trois à six mois après son adhésion.

Sur cette plateforme, l’interaction entre les clients a également été mise en avant du fait que les consommateurs peuvent noter et commenter la qualité de la prestation ce qui a incité les restaurants à jouer le jeu afin que leur réputation n’en soit pas affectée.

Image

Malgré la concurrence d’une dizaine de restaurants franchisés, Alloresto reste tout de même le n°1 français et à écouter Sebastien Forest, son entreprise n’a rien à craindre, au contraire, 9 millions d’euros seront prochainement investit en communication direct dans le  but de tripler l’activité de la firme d’ici 2015. Pas mal dans une période où le mot « crise » est omniprésent…

Personnellement, je recommande le site et l’application mobile « Alloresto » à toutes les personnes qui ne l’ont pas encore utilisé ! Si jamais un soir la flemme s’empare de vous et que vous souhaitez que votre restaurant préféré vienne à vous, le site de l’enseigne sera là pour vous servir. Grâce aux commentaires des utilisateurs, des notes attribuées à chacun des restaurants répertoriés, vous n’aurez plus peur de tenter le diable en commandant un plat qui vous a toujours tenté mais que vous n’avez jamais osé choisir. Tout cela en étant assuré d’être livré dans les 45 minutes grand maximum.

Il n’y a rien à dire, Alloresto aura changé mes dimanche soirs !

H.H

La 4G, ou Internet à portée de doigts

Après l’avoir longuement attendu, l’avoir aperçu sur tous les médias de télécommunication, elle est enfin arrivée ! La 4G a débarquée en France à la fin de l’année 2013 et une chose est certaine, on n’a pas fini d’en entendre parler.

Image

Succédant à la 2G et à la 3G, la 4G est considérée comme appartenant à la génération des «très haut débits mobile ».  En effet, alors que l’on bénéficiait jusqu’à présent d’un débit de quelques dizaines de Mb/s, la bande passante étant partagée entre les terminaux actifs d’utilisateurs présents dans une même cellule radio, on a désormais dépassé la barre des 100 Mb/s grâce à l’apparition de la 4G. Le débit va parfois même au-delà des 1 Gb/s. A titre d’exemple, un album était téléchargeable en à peu près une minute trente avec le réseau 3G+ alors que l’on passe à seulement dix seconde avec la 4G. De même, un film est maintenant téléchargeable en à peine deux minutes lorsque cela prenait un quart d’heure avec l’ancien réseau. Ce nouveau réseau a donc pour but de révolutionner les usages sur le mobile avec l’apparition du streaming de musiques, de jeux et de vidéos ou encore l’upload de contenus lourds. Le public intéressé par la 4G sera donc celui qui utilise beaucoup internet sur leur mobile, notamment pour consommer des contenus lourds, en envoyer ou en publier sur le cloud. Pour les autres, il faudra encore être patient et voir à quel niveau le développement de la 4G pourra les séduire.

Mais le retour des débats sur les effets des ondes sur la santé pourrait amoindrir les chances de succès de la quatrième génération de réseau mobile. Si son utilisation ne parait pas plus dangereuse que la 3G, c’est la multiplication des antennes qui laisse certains organismes de santé publique perplexe. La 4G nécessiterait d’un nouveau réseau et donc de nouvelles antennes-relais sur un territoire déjà trop largement couvert.

A l’heure actuelle, seulement un français sur trois dit être favorable au développement de ce nouveau réseau. Il sera donc intéressant de suivre dans les mois à venir l’évolution que souhaitent donner les opérateurs téléphoniques à la 4G, véritable argument marketing de cette année 2014. Affaire à suivre…

H.H